/

/

FR

Identification précoce de crises par l’étude de la littérature

L’équipe chargée de l’« Identification précoce de crises par l’étude de la littérature » travaille depuis septembre 2017 sur des textes littéraires pouvant servir d’outils d’anticipation dans le domaine de la prévention de la violence.

La littérature comme outil d’anticipation

Certes, la recherche a parfois largement admis l’importance de la langue et des textes dans le dynamisme des conflits et des crises. Mais jamais encore les textes littéraires n’ont été sérieusement pris en considération en matière de prévention de la violence.

L’étude consacrée à l’« Identification précoce des crises par l’étude de la littérature » part de l’hypothèse selon laquelle les textes littéraires renvoient très tôt aux lignes de fractures qui traversent les sociétés et aux facteurs de danger qui s’y font jour – souvent plusieurs années avant l’éruption des actes de violence.

Que la violence éclate ou non, que le conflit continue de couver voire que les tensions puissent même s’apaiser dépend au plus haut point des représentations littéraires qui, pendant sa phase de latence, simulent la suite du déroulement d’un conflit. C’est cette phase qui, pour notre équipe, est la phase décisive. C’est là que se constituent les narratives déterminants – les appartenances de groupe, les fantasmes de violence et leur légitimation y sont illustrés et mis en scène de manière suggestive et déclenchent des émotions. C’est ainsi que s’ébauche quelque chose comme des scénarios possibles pour la suite du déroulement du conflit. Ce « langage de la naissance des conflits » est également le facteur qui détermine largement la manière dont un conflit est perçu (de l’intérieur) et ses possibilités d’escalade destructrice ou au contraire de conciliation.

Pourquoi la littérature ?

Les sentiments, les atmosphères, les perceptions subjectives et les histoires exemplaires sont des éléments cruciaux dans la phase de latence d’un conflit. Faits et fictions se mêlent, ces dernières fondant des perceptions ou des émotions collectives qui à leur tour revêtent un caractère factuel.

Les textes littéraires, qui sont une des modalités de sauvegarde des expériences affectives collectives, mettent des mots sur les traumatismes, les angoisses et les espérances qui forment le moteur des existences humaines. En reproduisant les mouvements profonds à l’œuvre dans une société – que les big data ne sont pas en mesure d’appréhender –, ils peuvent, pour peu qu’on les analyse correctement, fournir la clé ouvrant la boîte noire de l’esprit et de la sensibilité d’une région de crise, et être ainsi seuls aptes à dévoiler des dynamiques conflictuelles complexes. Dans les régions de crise se croisent – telle est notre prémisse – les faits et les fictions. C’est la raison pour laquelle elles doivent faire l’objet d’une analyse littéraire au même titre que d’une analyse politique.

Quel choix de textes ?

Les textes littéraires sont fondamentalement doubles, ils peuvent tout à la fois attiser les conflits et les apaiser, construire des diabolisations ou les déconstruire, propager des idéologies et les combattre. Tandis que les textes « constructifs » fonctionnent comme des sismographes des dangers qui couvent au sein d’une société, les textes « destructifs » favorisent quant à eux la construction de représentations négatives de l’autre. L’analyse des textes et de leur réception en s’attachant à la question du conflit permet pour chacune des régions étudiées d’élaborer une « image atmosphérique » – une cartographie des émotions. C’est de cette manière que les potentialités de violence, par exemple à travers la multiplication de la production et de la réception de textes à caractère destructeur, pourront être identifiées longtemps en amont.

Cassandra

© 2018 Projet d’étude Cassandra — Identification précoce de crises par l’étude de la littérature
Weltethos-Institut, Hintere Grabenstraße 26, 72020 Tübingen, Allemagne
Téléphone +49 70 71 5 49 40 30, info@projekt-cassandra.net

Contact     Impressum     Déclaration de confidentialité